Pub


Nous retrouver sur Facebook

 


La prime à la cuve portée à 200 euros (actus 2008)

Le Gouvernement l'a annoncé début septembre : pour l'hiver 2008-2009 la prime à la cuve inaugurée l'an dernier pour les propriétaires non imposables se chauffant au fioul passe de 150 à 200 euros.

L'Etat a décidé de reconduire le dispositif de prime à la cuve pour l'hiver 2008-2009. Ce dispositif qui a été mis en place pour l'hiver 2007-2008 a en effet été largement apprécié par les quelque 830 000 ménages non imposables qui l'on touché pour un montant global de 125 millions d'euros. Pour cet hiver, aux vues de la forte augmentation récente et continue des prix des carburants, l'Etat a décidé de porter la prime de 150 à 200 €. Cette prime est réservée exclusivement aux ménages non imposables. Elle est versée uniquement sur présentation d'une facture de fioul payée entre le 1er juillet 2008 et le 31 mars 2009. Une seule aide par ménage est accordée pour la période. Le versement sera réalisé par virement bancaire à partir du 1e janvier 2009.

Pour en bénéficier, les personnes doivent en faire la demande avant le 30 avril 2009. Le formulaire est à retirer auprès du Trésor public. La prime ne sera versée qu'aux personnes pouvant fournir un avis de non imposition délivré par l'administration fiscale. Pour les logements individuels, une copie de la facture justifiant de l'achat de fioul domestique d'un montant minimum de 200 euros devra être jointe au formulaire. Pour les logements collectifs, le demandeur devra joindre à son dossier un certificat du bailleur ou du gestionnaire de l’immeuble attestant du mode de chauffage au fioul.

Cette aide est considérée comme exceptionnelle par les pouvoirs publics. « Ce dispositif d'aide à la cuve apporte une réponse concrète aux ménages modestes, dont l'augmentation des charges de chauffage liée à la hausse des prix pétroliers a fortement pesé sur le pouvoir d'achat » a expliqué le ministère de l'économie dans un communiqué. Sa reconduction pour les prochains hivers sera étudiée et validée en fonction des impératifs budgétaires de la France.